ILCOURT, IL COURT, LE FURET, M.J. Arlidge

téléchargement

J’avais beaucoup aimé le précédent roman de cet auteur dont le titre faisait déjà référence à une comptine : Am stram gram. C’est avec plaisir que j’ai lu celui-ci : on retrouve le capitaine Helen Grace fort éprouvée par la précédente enquête ainsi que Charlie… elles ne sont pas sorties indemnes de ce qui leur est arrivé dans le premier roman, et les voir évoluer à nouveau, surmonter, rebondir… c’est drôlement intéressant.

 » Southampton, quartier rouge. Le corps d’un homme est découvert. Atrocement mutilé, le cœur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose… son cœur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s’empare de la ville. Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l’Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. Le commandant Helen Grace est chargée de l’enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l’arrêter avant qu’il ne frappe de nouveau. »

L’intrigue est toujours aussi bien ficelée et ô combien cruelle, diabolique…et pourtant on en arrive à avoir de la compassion pour le/la coupable…étonnante sensation d’ailleurs… J’ai vraiment dévoré ce livre, les chapitres sont très courts et donc on ne peut s’empêcher de tourner les pages mais quand l’heure tourne et qu’il serait raisonnable d’aller se coucher parce que le réveil sonne à 6h…Comment ça, ça sent le vécu ?!!

DANS LA FORET SOMBRE ET MYSTERIEUSE, Winshluss

forêt

Sortie en octobre 2016, cette BD, Dans la Forêt sombre et mystérieuse, a reçu la Pépite d’or du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, c’est ce qui m’a poussée à l’emprunter la semaine dernière à la médiathèque.

Quand j’ai ouvert cet ouvrage, j’ai failli le refermer très vote tant les dessins sont rebutants, j’ai même envie de dire vulgaires. Je n’ai pas du tout apprécié ces traits grossiers, éructants… bref ce n’est pas un coup de coeur pour les dessins, vous l’aurez compris ! En revanche, j’ai adoré l’histoire et je n’ai pas pu lâcher la BD avant de l’avoir terminée en éclatant de rire sur la dernière image ! Car c’est bien l’humour qui domine dans cet ouvrage qui relate un voyage initiatique pour le jeune garçon que ses parents ont oublié sur une aire de repos…il se retrouve à traverser cette forêt sombre et mystérieuse pour rejoindre sa famille chez sa mémé qui se meurt. Cette traversée est source de rencontres improbables et drôles et l’humour est souvent présent.

Un coup de coeur ! 

LA FILLE D’AVANT, JP Delaney

fille

Voilà le thriller dont beaucoup de journaux parlent en ce moment. C’est vrai qu’il est addictif et que je l’ai vite lu mais… il n’est pas incontournable à mon avis. L’intrigue est intéressante, notamment le principe de départ : un appartement hors du commun n’étant loué qu’après avoir répondu à un très long et pointilleux questionnaire et après avoir rencontré l’architecte ! Rapidement on comprend avec la construction narrative que deux femmes vont nous raconter par chapitre alterné leur vie dans ce lieu atypique…très vite on distingue les similitudes entre leurs histoires, allant même jusqu’à une ressemblance physique entre les deux femmes et on comprend donc que l’architecte est au centre de cette drôle d’histoire de manipulation …

Cependant on reste sur sa faim, car l’issue est un peu capillotractée, et ne nous laisse pas étonnée. on la découvre en se disant : « ah oui ! » et non « ahhhhhhhhhhhhhhh oui !!!!!! » et cela m’a déçue. Ce qui m’a aussi horripilée c’est cette fâcheuse tendance à glisser des scènes de sexe tous les 3 chapitres, comme si l’auteur se prenait pour l’auteur de 50 nuances de grey et ça m’a agacée car je n’ai pas trouvé que ça apportait franchement grand chose, c’en est parfois même ridicule (notamment la scène lors d’une réception guindée !!).

Voilà, ce n’est pas un coup de coeur, même si j’ai passé un bon moment en lisant ce roman de vacances !

 

LOUIS PASTEUR CONTRE LES LOUPS-GAROUS, Flore VESCO

louispasteur

Voilà un vrai coup de coeur ! J’avais déjà beaucoup aimé le premier roman de Flore Vesco, De Cape et de mots, mais là j’ai vraiment adoré celui-ci ! Quelle plume ! Quel humour !

« Louis Pasteur, 19 ans, entre comme boursier à l’institution royale Saint-Louis, animé par un seul désir : assouvir sa curiosité pour les sciences. Il est loin d’imaginer que sa première année d’étude va être bouleversée par des meurtres aussi terribles que mystérieux, perpétrés dans l’enceinte même de l’école. Il va mener l’enquête avec la jeune Constance, une pensionnaire intrépide et courageuse. »

Louis Pasteur est un génie, et comme tout génie qui se respecte, totalement atypique ! Il a une façon bien à lui d’analyser chaque sentiment qui l’anime, ou chaque réaction le concernant ou concernant les gens qu’il côtoie…tout est science, tout est réaction chimique ! Moi qui n’ai jamais compris grand chose à la chimie, je dois bien reconnaître que j’ai été bluffée par la manière dont l’auteur se sert de toutes les formules, les désignations d’éléments chimiques et autres expériences pour ponctuer son intrigue, elle manie le verbe aussi bien que Constance manie le fleuret, et ça aussi, c’est très réussi ! Cette jeune fille élevée pour devenir une potiche a du caractère et est douée d’une intelligence fine qui lui permet de s’adapter à toutes les situations. J’ai trouvé certaines scènes très cinématographiques, comme la scène où Constance se retrouve obligée de combattre au fleuret, dissimulée derrière son masque, sans que personne ne sache qui elle est .

Quant aux loups-garous, ils n’occupent que l’arrière fond de l’histoire en fait, ils ajoutent du piment à la relation entre Louis et Constance et sont le fil rouge dans l’intrigue « policière » puisque crimes il y a.

Enfin il est agréable pour les ados, mais aussi les adultes, de comprendre comment Louis Pasteur a découvert les microbes, la pasteurisation, la vaccination. Le tout est raconté sur un ton léger mais qui passionne le lecteur.

Un vrai coup de coeur donc que je vous conseille vivement !

UNE AUTRE VIE, S.J.Watson

autrevie

J’avais beaucoup aimé son premier roman, Avant d’aller dormir, c’est donc avec enthousiasme que j’ai ouvert son second roman, Une Autre vie, sortie en livre de poche récemment. Le coup de coeur ne fut pas au rendez-vous, je crois que je me suis ennuyée une grande partie du roman et que j’ai lu la fin en toute hâte pour passer à une autre lecture tant je me lassais de cette héroïne sans fond qu’on a envie de baffer à chaque rebondissement !

« Depuis le meurtre de sa sœur cadette, Kate, à Paris, la vie de Julia a basculé. Ni son mari parfait, Hugh, ni son fils Connor – en réalité son neveu, qu’elle a adopté – ne parviennent à apaiser son deuil. Résolue à faire la lumière sur ce crime, Julia s’attache aux derniers instants de la morte, à mettre ses pas dans les siens. L’enquête la conduit de Londres en France, où elle découvre que Kate fréquentait assidûment les sites de rencontres en ligne. Dans l’idée d’y trouver des indices sur sa mort, Julia s’y fait passer pour elle. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question et des rêves abandonnés, la jeune femme se prend rapidement au jeu excitant d’une autre vie. Un jeu dangereux… »

Une intrigue cousue de fil blanc et une fin impossible à deviner tant cela relève d’un grand n’importe quoi, à mon avis… Bref, passez votre chemin !!

CANDOR, Pam Bachorz

candor

Peu de lecture ces derniers jours pour deux raisons : un voyage en Angleterre pendant 5 jours dont je vous parlerai sur ce blog bientôt, et une tonne de boulot en rentrant du dit-voyage… Bref, je prends donc deux minutes pour vous parler d’un roman jeunesse dont j’ai découvert le titre dans un manuel de 3° et que j’ai eu envie de lire : CANDOR de Pam Bachorz. Ce titre est proposé suite à une séquence sur la Résistance ou bien après l’étude d’Antigone, puisque le héros du roman est celui qui s’oppose, qui ne rentre pas dans le rang d’une société qui est aux antipodes de ce en quoi il croit. Une vie formatée qui ne lui correspond pas mais dans laquelle il fait semblant de se complaire, étant même un exemple pour les gens qui l’entourent. Cette duplicité risque fort d’être mise à jour car Oscar va croiser le chemin de la rebelle Nia et il va être prêt à tout pour la sauver…

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai dévoré très rapidement car il nous mène par le bout du nez et nous surprend alors qu’on pourrait s’attendre à une intrigue convenue. La fin n’est pas celle que vous croyez ! La réflexion sur la manipulation mentale est très intéressante et certains passages sont glaçants et font écho, pour moi, à Vol au-dessus d’un nid de coucou…en plus édulcoré, of course !

SAUVEUR & FILS, saison 1, Marie-Aude MURAIL

sauveur

Aujourd’hui, je vous parle d’un coup de coeur pour un roman de littérature de jeunesse : Sauveur & fils, saison 1 de Marie-Aude Murail. En fait, j’ai craqué sur la couverture : ce petit hamster (ou cochon d’inde ?) dans sa baignoire bleu est irrésistible !

« Quand on s appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 m pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la maman vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s occuper des problèmes des autres, Sauveur a oublié le sien. Ne devrait-il pas protéger ce petit garçon, Lazare, 8 ans, qui est son fils, menacé par un secret ? »

Il s’agit d’une sorte de chronique du monde qui nous entoure à travers les patients du docteur Sauveur, psychologue brillant et réaliste. C’est un roman qui parle des relations difficiles qu’entretiennent les gens, des problèmes de communication au sein d’une famille, et tout ça avec une justesse de tons et de mots remarquable. Les sujets douloureux (scarification, dépression, homosexualité, transgenre…) sont abordés avec intelligence et drôlerie, les personnages sont attachants et j’ai hâte de les retrouver dans les saisons suivantes. Je vous le conseille vivement !

SUSPENSION EN MACRAME

Hier, j’ai fait un atelier macramé à Toulouse avec ma soeur. On s’est régalée et on s’est dit que c’était vraiment simple comme tout. Une fois qu’on nous a expliqué les noeuds de base (ici, le noeud escalier en haut de ma suspension et le noeud plat le long de la suspension) on peut faire des variations à l’infini j’imagine.

Du coup, aujourd’hui, j’ai pris 1/2h pour moi et réalisé cette suspension en fil traphilo (fil en tissu solide pour des petites plantes, sinon il faut prendre du fil macramé coton ou bien n’importe quelle ficelle ou laine solide).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà un petit cadeau idéal à faire à ses amies, à la famille, aux maîtresses des enfants en fin d’année…bref, à décliner autant de fois qu’on le souhaite en changeant le fil, la grosseur du fil, la couleur, la matière…il faut juste trouver le temps…

LADY HELEN, LE CLUB DES MAUVAIS JOURS, Alison Goodman

ladyhelen

 « Londres, avril 1812. Lady Helen s apprête à faire son entrée à la cour. La jeune orpheline est encore sous la tutelle de son oncle et de sa tante qui veillent à étouffer chez elle tout écart pouvant rappeler la réputation sulfureuse de sa mère. Helen fait alors la connaissance du ténébreux Lord Carlston, qui revient juste d exil après avoir été soupçonné du meurtre de sa femme. Elle est piquée par la curiosité, d autant qu’il promet de lui faire des révélations sur elle-même et sa mère et que d étranges faits surviennent alors : des bonnes disparaissent, des meurtres sanglants sont commis. Mais la jeune fille est loin de soupçonner l’existence de démons viciés, des Abuseurs, qui se nourrissent de l énergie humaine. Bientôt sonnera l heure de l Abuseur Suprême traînant dans son sillage une véritable Terreur. Lord Carlston appartient au Club des Mauvais jours, une police secrète parallèle qui a juré de protéger l humanité de ces démons. Dotée d une énergie et de dons particuliers, Helen est appelée à les rejoindre. La miniature que sa mère lui a donnée suffira-t-elle à la protéger ? Helen doit choisir entre une vie faite de privilèges et d insouciance ou basculer dans un monde terrifiant mais aussi passionnant où les démons s invitent dans les soirées mondaines. »

Une promesse d’un roman à la Jane Austen saupoudré de fantastique ! Cela ne pouvait que me plaire ! D’autant plus que je trouve la couverture irrésistible, c’est ce qui a attiré mon regard en librairie quand j’ai vu ce roman jeunesse : les couleurs, la silhouette de la jeune fille, les lettres en relief, les couleurs un peu gothiques, funèbres…

J’ai beaucoup apprécié ce roman. La première partie est fabuleuse, on plonge dans un monde en lien étroit avec celui des romans de Jane Austen et ça, j’adore ! J’ai moins été emballée quand on bascule dans un univers fantastique peuplé d’êtres étranges…puis l’intrigue prend à nouveau le dessus et on dévore la dernière partie. Il s’agit du premier tome d’une trilogie et j’ai hâte de découvrir le prochain tome.

J’ai particulièrement apprécié le personnage de Lady Helen, jeune fille qui se plie à tout ce que lui demande sa tante, qui l’a élevée, mais qui a gardé une indépendance d’esprit et a développé un fort caractère, en lien avec son destin de Vigilante bien sûr. Les personnages qui l’entourent sont tout aussi intéressants, tant Lord Carlston dont le mystère rejaillit sur les traits de son visage que Darby, la jeune femme de chambre au service d’Helen qu’on ne soupçonne pas aussi vaillante au début de l’histoire. S’ajoute à ces personnages attachants une peinture de la société londonienne sous la Régence tout à fait réjouissante.

Une lecture fort plaisante et que je recommande sans hésiter si vous aimez cette époque-là et que les démons ne vous effraient pas !

 

 

#scrap : JE PRENDS LA POSE !

Une envie soudaine de mettre en page ces photos d’Anouchka prises à la fin des vacances de février. Je la trouve tout simplement irrésistible sur son tracteur !