JOHNNY, Martine Pouchain

31R2I3Y2eRL._SX292_BO1,204,203,200_

Voilà un petit roman qui relate une histoire tragique que j’ai découvert à l’occasion du Salon du Livre de Jeunesse de Gaillac qui a lieu ce week-end : l’auteure, Martine Pouchain, est venue rencontrer pendant 1h mes élèves de 4°. J’avais préparé la rencontre la veille et commencé à leur lire ce roman, d’une soixantaine de pages à peine, qui a suscité un vif engouement à la fin de l’heure car il ne manquait que 20 pages quand la sonnerie a retenti. L’auteure nous a fait le plaisir de nous lire ces pages-là et les élèves ont pu lui poser des questions.

Johnny, c’est l’histoire tragique d’un adolescent, souffre-douleur de son établissement, qui est tombé amoureux d’une jeune fille qui ne le regarde même pas. S’ajoute à ce tableau déjà peu réjouissant pour lui de lourds problèmes familiaux… Les choix narratifs faits par l’auteur permettent de tenir le jeune lecteur en haleine, il voit se dessiner bien sûr progressivement le thème du harcèlement mais il ne s’imagine pas l’issue de cette histoire… C’est un roman dont il faut parler ensuite avec les lecteurs et c’est ce que j’ai fait ensuite  lors du retour en classe. Il en est sorti de belles choses, je suis absolument ravie de cette rencontre. En plus, elle leur a donné envie de lire d’autres de ses romans comme Gloria ou bien encore Zelda la rouge.

Publicités

FELICIDAD, Jean Molla

téléchargement

Felicidad : voilà un roman jeunesse que j’avais découvert lors de ma première année d’enseignement à Lacaune, au fin fond du Tarn, terre de l’enfant sauvage. Ce roman faisait partie de la sélection du prix des Incorruptibles auquel mes classes de 3° participaient. N’étant pas fan de science-fiction, j’avais quelque appréhension avant de le lire mais je l’avais vraiment apprécié, peut-être parce qu’il est une réécriture de Blade runner de Philip K.Dick adapté au cinéma par Ridley Scott, film que je connaissais et que j’aimais. Le roman est une vraie réussite car il met à portée de mains des adolescents un classique de la SF.

Qu’en est-il de l’intrigue ?  :  » Felicidad : la cité du bonheur. Dans ce monde du futur, le bonheur est devenu un impératif absolu, en tous cas pour les habitants privilégiés des meilleures zones de la Grande Europe. Mais le gouvernement, dirigé par un Président à vie qui ne vieillit presque plus, repose sur une poignée d’hommes et une police omniprésente. Des parhumains ont été fabriqués pour subvenir aux besoins des humains, mais ils menacent de se rebeller sous la houlette de quelques dangereux spécimens. Le lieutenant Dekcked est chargé de l’enquête, qui va le mener bien plus loin que prévu, jusque dans les coulisses du pouvoir. »

En le relisant cette semaine, je me suis malgré tout demandé – même si j’ai une fois de plus apprécié la lecture – si mes élèves seraient capables de le lire, de le comprendre…les bons lecteurs certainement, mais je crains que les autres aient du mal : le roman n’est pas bien long, mais il faut parvenir à faire le lien entre les personnages et à comprendre le grand complot qui s’est tramé…Tout est bien expliqué mais parfois de manière implicite. Je vais le proposer avec d’autres titres, chacun fera son choix.

CELLE DONT J’AI TOUJOURS REVE, Meredith Russo

51l5M+wt7LL._SX309_BO1,204,203,200_

Voilà un roman qui aborde un sujet très délicat et dont on entend pourtant souvent parlé : les adolescents transgenres. Dans « Celle dont j’ai toujours rêvé », Amanda, 18 ans, est née Andrew. On apprend qu’elle quitte la ville dans laquelle elle vivait chez sa mère car elle a subi une grave agression. Elle va vivre chez son père qu’elle n’a pas vu depuis 6 ans mais qui a accepté qu’elle vienne chez lui. L’histoire n’est pas racoleuse, ni sensationnelle, elle est juste touchante : on a le coeur serré tout au long de ce récit car nous en savons plus que la plupart des personnages qui entourent Amanda et cela crée une tension terrible. Amanda est terriblement attachante de par sa fragilité mais aussi de par sa force de caractère : elle a longtemps vécu prostrée, mal dans sa peau de garçon qu’elle savait définitivement ne pas être la sienne, elle a traversé des épreuves très douloureuses et malgré cela elle est là, débout, prête à croire qu’elle peut vivre une vie comme tous les autres…c’est un personnage admirable qui croisera sur son chemin des gens respectueux mais aussi, vous vous en doutez, des personnes malveillantes. Je trouve que le sujet est abordé avec délicatesse sans le côté racoleur des émissions tv. Je n’ai pas tout apprécié dans l’histoire car certains passages sont cousus de fil blanc, mais je conseille malgré tout la lecture de ce roman qui fait la part belle à l’amitié, à l’espérance, à l’amour et à la tolérance.

LA PASSE-MIROIR, tome 1 : Les Fiancés de l’hiver, Christelle Dabos

téléchargement

Voilà, les vacances se terminent et j’ai achevé Les Fiancés de l’hiver à 5h00 ce matin : Ah ! l’insomnie de la veille de la rentrée…j’ai l’impression d’être une enfant qui reprend le chemin de l’école et qui angoisse à l’idée de revoir ses camarades, de savoir si sa classe sera sympa cette année ou pas… Bref, je m’éloigne de mon sujet. Cela fait longtemps que je devais lire ce roman sur lequel j’avais buté il y a un an ou deux et que j’avais décidé de lire cet été. Verdict : j’ai bien cru qu’il allait à nouveau me tomber des mains. Je trouve la mise en place très longue et peu engageante. Ensuite une fois l’intrigue lancée, j’ai pris plus de plaisir à retrouver chacun des personnages au fil des chapitres et j’ai lu avec avidité la dernière partie. Il est vrai qu’on ne peut nier ni la qualité de l’écriture ni l’originalité de l’univers créé par l’auteur – c’est sûrement ce qui vaut à ce roman d’être publié à la fois en jeunesse et en adulte, ce qui n’est pas forcément fréquent pour un roman jeunesse. J’ai apprécié aussi le personnage d’Ophélie qui prend de l’épaisseur au fur et à mesure qu’elle voit se dessiner ce qu’il attend, ce qui se trame autour d’elle. Elle est une jeune femme forte, sous son air juvénile et maladroit, qui sait prendre des décisions risquées et qui tient tête quand elle l’a décidé. Hâte de savoir le sort qui lui est réservé dans la suite de l’histoire…

Je suis contente d’avoir pris le temps de lire ce roman dont je lirai certainement la suite rapidement.

L’ENFANT DES OMBRES, MOKA

téléchargement

Après avoir lu cet été un roman conseillé par mon fils, voilà une lecture conseillée par ma nièce Maria : L’Enfant des ombres de Moka.

De quoi s’agit-il ?  » Morgane est la seule à voir les ombres. Dès qu’elle est seule dans les couloirs du lycée, elles apparaissent sur les murs. Ces temps-ci, elles se font de plus en plus menaçantes. Un jour, le pire se produit. Pourtant ce n’est que le commencement. Les phénomènes étranges s’accumulent. Le concierge de l’établissement passe ses journées à remplacer les ampoules électriques dans les couloirs et les escaliers, mais il y fait toujours noir. Les accidents se multiplient. Un professeur meurt brutalement. C’est aussi le moment que Camilia et ses amis ont choisi pour créer un club secret dont le but est de se réunir la nuit, dans le grenier au-dessus des dortoirs… »

J’ai apprécié cette lecture qui m’a rappelé des romans comme Les Disparus de Saint-Agil ou bien la série des Sans-Atout ou bien Le Club des cinq, mais ici ce roman s’adresse aux ados de 12 ans minimum, car certains passages sont tout de même durs et peuvent faire peur( il y a tout de même des morts, ce qui n’est pas le cas dans les romans cités précédemment). J’ai aimé le personnage de Camilia, mais celui de Morgane m’a un peu effrayée d’autant qu’elle évolue au fil de l’histoire et… brrrr ! Certains passages sont très cinématographiques et doivent donner des frissons aux jeunes lecteurs (je pense au moment où une des amies de Camilia se retrouve seule dans le dortoir attaquée par les ombres…on tremble avec elle).

Sinon je me pose des questions sur la fin du roman qui a dû laisser certains jeunes lecteurs perplexes car c’est une fin ouverte et on n’a pas forcément la sensation d’avoir eu les réponses à toutes nos questions. Je trouve que c’est bien d’habituer les ados à ce genre de fin : à eux de s’emparer de l’histoire et d’imaginer la suite, d’assembler certaines informations comme bon leur semble…  Une lecture à conseiller, sans hésiter.

WONDERPARK, tome 1  » Libertad », Fabrice Colin

51jyyEgHMpL._SX331_BO1,204,203,200_

Aujourd’hui je vous présente un roman que mon fils a lu ce mois-ci et qu’il a beaucoup aimé. Du coup, il l’a passé à sa grande soeur, puis à moi, et je pense que mamie va le récupérer ce soir ! C’est sympa le principe du livre lu par toute la famille pour pouvoir ensuite en discuter. Là il suivait mon avancée dans la lecture – roman de 150 pages environ – car il avait hâte de savoir comment j’allais réagir au dernier chapitre et si j’avais aimé le même passage que lui.

L’histoire est toute simple :  » À l’école, Jenn et son frère, Mervin, ont fait la connaissance d’une fille au nom étrange : Orage. Son père est le concepteur de WonderPark, un parc d’attractions mystérieux et désaffecté. Quand leur nouvelle amie leur propose de visiter l’endroit, Jenn et Mervin sont ravis. Mais à peine sont-ils entrés dans le parc que Zoey, leur petite sœur, disparaît. Les enfants découvrent alors que WonderPark est le portail de mondes magiques et pourtant bien réels. Sans hésiter, Jenn, Mervin et Orage s’engouffrent dans Libertad, le monde des pirates, où la traîtrise est un art et le courage une nécessité. « 

Se balader dans un parc d’attractions…qui n’en a pas rêvé ? Pas étonnant que cette série destinées aux enfants à partir de 8 ans plaise autant aux filles qu’aux garçons car chacun y a sa place et chaque lecture trouvera de quoi se réjouir en suivant les aventures de Jenn, Mervin et Orage. Les illustrations parsemées dans les chapitres sont aussi séduisantes que l’histoire. Mon fils a déjà commencé le tome 2 !

# MES LECTURES DE CES DERNIERES SEMAINES

Je n’ai pas eu trop de temps ces dernières semaines pour vous parler de mes lectures occupée que j’étais à boucler cette année scolaire. Je rattrape donc ce retard de billet en groupant ici 3 lectures faites au mois de juin.

Sauveur & fils, saison 3, Marie-Aude Murail : un pur moment de bonheur de retrouver pour le dernier tome de cette trilogie Sauveur et tout le petit monde qui gravite autour de lui. Je ne fus pas déçue, on passe comme toujours par divers sentiments : l’agacement -Sauveur, sois présent pour Louise, bon sang !! – la crainte – Que va devenir Gabin ? va-t-il se rendre à ce concert au Bataclan… ? – l’amusement – Sauveur est tout de même confronté parfois à des patients bien étonnants et se laisse un peu déborder ou envahir… – … tous ces sentiments participent au plaisir que le lecteur prend à lire ce dernier tome. Une vraie réussite !

La Chambre d’ami, James Lasdun : j’avais lu des billets enthousiastes sur ce roman dans la presse, je l’ai donc emprunté à la médiathèque mais j’ai été bien déçue. Je me suis ennuyée ferme et au moment où on se dit que l’intrigue devient, enfin, intéressante, la fin nous déçoit car absolument banale et peu convaincante. Passez votre chemin sans hésiter !

Pas de pot pour la jardinière, M.C.Beaton : Quel plaisir de retrouver les enquêtes d’Agatha Raisin ! Ce n’est pas de la grande littérature et l’intrigue est souvent simplette, mais les personnages sont superbes, Agatha Raisin est pétillante, agaçante, amusante, enquiquinante et je l’aime beaucoup. Elle a le chic pour se retrouver dans des intrigues improbables  et s’en sort toujours. Une série vraiment sympathique et idéale pour attaquer les vacances avec humour !

 

SAUVEUR & FILS saison 2, Marie-Aude Murail

murail

Et voilà ! je viens de terminer – sur le parking de l’école en attendant les enfants – la saison 2 de Sauveur & Fils ! Quel bonheur que cette série ! Ce psychologue est extraordinaire, tant dans sa vie professionnelle que dans sa vie privée et, quand on referme le tome, on a une fois de plus envie qu’il fasse partie de notre vie ce Sauveur Saint-Yves !

Les sujets abordés lors des consultations sont souvent graves et les patients que Sauveur reçoit en consultation sont le reflet de notre société actuelle, entre le couple homosexuel et le désir d’enfant, l’ado qui aimerait être née dans un autre corps, celui qui cherche un père que sa mère fait tout pour lui cacher… et puis il y a aussi la vie au quotidien : Sauveur refait sa vie avec Louise, du moins il essaie,  et ce n’est pas simple, d’autant plus qu’avec le coeur qu’il a il accueillerait tout le monde chez lui… pas si simples non plus les familles recomposées !

Attention tout de même : après avoir lu Sauveur & Fils vous risquez d’avoir une furieuse envie d’acquérir un hamster !! ah ah !! Moi je résiste encore !

Une série à mettre entre toutes les mains, moi je file réserver la saison 3 !

JE VOUS SAUVERAI TOUS, Emilie Frèche

51dzenTnMHL._SX312_BO1,204,203,200_

 » Parce qu’elle est sans aucune nouvelle d’Eléa, sa fille de 17 ans embrigadée par Daesh et partie en Syrie il y a maintenant six mois, Laurence commence à tenir un journal. Écrire l’empêche de céder entièrement à la douleur qui la ronge chaque jour davantage, à la colère de n’avoir rien vu venir, et de n’avoir pas su comprendre que tout allait basculer. De trop nombreuses questions sans réponse la hantent : comment Eléa va-t-elle ? Où vit-elle ? Et avec qui ? Comment Eléa, qui avait la tête sur les épaules et des envies par centaines, a-t-elle pu manquer de discernement au point de renoncer à tout… et surtout à sa liberté ? Laurence interpelle sa fille et lui raconte, jour après jour, sa tristesse et sa participation à des groupes de déradicalisation, sa lutte pour éveiller les consciences, tenter d’empêcher le départ d’autres adolescents… Pour tenter aussi de contrer l’absence de sa fille, ne pas la perdre tout à fait… »
À ses mots répondent ceux du journal intime d’Eléa, écrits un an auparavant. On découvre peu à peu comment pour cette jeune fille la frontière qui sépare influence et conviction a été franchie. Comment aux rêves d’avenir, aux premiers émois amoureux, aux amitiés sereines, se sont substitués la manipulation, la soumission, l’extrémisme… »

Une lecture encore une fois troublante sur le thème de l’embrigadement des jeunes. J’avais lus Et mes yeux se sont fermés sur le même thème, celui-ci est aussi incontournable : tout le monde devrait lire ce genre de roman car le mal s’immisce tellement sournoisement qu’en connaître les mécanismes, les procédés, en être averti est primordial. Ce qui est choquant c’est de voir dans chacune de ces histoires que tout se passe sous les yeux des parents, des professeurs, des amis qui ne voient rien ou bien qui sentent que quelque chose se passe, mais qui sont loin d’imaginer que leur fille, leur élève, leur amie, prépare son départ pour la Syrie… La douleur de ceux qui restent dans l’incompréhension est très bien abordée dans ce livre, notamment à travers les personnage du père qui sombre dans une espèce de folie, ne pouvant supporter que sa fille puisse se réjouir des attentats et toute la souffrance qu’ils engendrent. Une lecture bouleversante !

DANS LA FORET SOMBRE ET MYSTERIEUSE, Winshluss

forêt

Sortie en octobre 2016, cette BD, Dans la Forêt sombre et mystérieuse, a reçu la Pépite d’or du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, c’est ce qui m’a poussée à l’emprunter la semaine dernière à la médiathèque.

Quand j’ai ouvert cet ouvrage, j’ai failli le refermer très vote tant les dessins sont rebutants, j’ai même envie de dire vulgaires. Je n’ai pas du tout apprécié ces traits grossiers, éructants… bref ce n’est pas un coup de coeur pour les dessins, vous l’aurez compris ! En revanche, j’ai adoré l’histoire et je n’ai pas pu lâcher la BD avant de l’avoir terminée en éclatant de rire sur la dernière image ! Car c’est bien l’humour qui domine dans cet ouvrage qui relate un voyage initiatique pour le jeune garçon que ses parents ont oublié sur une aire de repos…il se retrouve à traverser cette forêt sombre et mystérieuse pour rejoindre sa famille chez sa mémé qui se meurt. Cette traversée est source de rencontres improbables et drôles et l’humour est souvent présent.

Un coup de coeur !