JE ME SUIS TUE, Mathieu MENEGAUX

téléchargement

Voilà un petit roman que j’ai lu cette semaine suite au conseil de Leil, une copiNETte. L’intrigue est terriblement crispante et j’ai dû faire des pauses dans ma lecture tant j’étais mal en lisant certains passages ou en appréhendant certains !

L’intrigue de départ est très simple : une femme, la quarantaine, mariée sans enfants car la vie ne leur a pas permis d’en avoir – une histoire de spermato pas assez véloces – folle amoureuse de son mari et qui en rentrant plus tôt d’une soirée se fait violer… Là s’impose à elle la loi du silence car elle ne veut pas être celle qui, en plus de n’avoir pas d’enfant, a été violée par un SDF. Commence alors une autre vie… En dire plus serait révélé l’essentiel de ce roman qui est une tragédie moderne, car on sent comme le poids du fatum sur les épaules de cette héroïne. Il faut tout de même avoir le coeur bien accroché pour lire ce premier roman qui est une réussite, on ne peut le nier.

Publicités

JE VOUS SAUVERAI TOUS, Emilie Frèche

51dzenTnMHL._SX312_BO1,204,203,200_

 » Parce qu’elle est sans aucune nouvelle d’Eléa, sa fille de 17 ans embrigadée par Daesh et partie en Syrie il y a maintenant six mois, Laurence commence à tenir un journal. Écrire l’empêche de céder entièrement à la douleur qui la ronge chaque jour davantage, à la colère de n’avoir rien vu venir, et de n’avoir pas su comprendre que tout allait basculer. De trop nombreuses questions sans réponse la hantent : comment Eléa va-t-elle ? Où vit-elle ? Et avec qui ? Comment Eléa, qui avait la tête sur les épaules et des envies par centaines, a-t-elle pu manquer de discernement au point de renoncer à tout… et surtout à sa liberté ? Laurence interpelle sa fille et lui raconte, jour après jour, sa tristesse et sa participation à des groupes de déradicalisation, sa lutte pour éveiller les consciences, tenter d’empêcher le départ d’autres adolescents… Pour tenter aussi de contrer l’absence de sa fille, ne pas la perdre tout à fait… »
À ses mots répondent ceux du journal intime d’Eléa, écrits un an auparavant. On découvre peu à peu comment pour cette jeune fille la frontière qui sépare influence et conviction a été franchie. Comment aux rêves d’avenir, aux premiers émois amoureux, aux amitiés sereines, se sont substitués la manipulation, la soumission, l’extrémisme… »

Une lecture encore une fois troublante sur le thème de l’embrigadement des jeunes. J’avais lus Et mes yeux se sont fermés sur le même thème, celui-ci est aussi incontournable : tout le monde devrait lire ce genre de roman car le mal s’immisce tellement sournoisement qu’en connaître les mécanismes, les procédés, en être averti est primordial. Ce qui est choquant c’est de voir dans chacune de ces histoires que tout se passe sous les yeux des parents, des professeurs, des amis qui ne voient rien ou bien qui sentent que quelque chose se passe, mais qui sont loin d’imaginer que leur fille, leur élève, leur amie, prépare son départ pour la Syrie… La douleur de ceux qui restent dans l’incompréhension est très bien abordée dans ce livre, notamment à travers les personnage du père qui sombre dans une espèce de folie, ne pouvant supporter que sa fille puisse se réjouir des attentats et toute la souffrance qu’ils engendrent. Une lecture bouleversante !

ILCOURT, IL COURT, LE FURET, M.J. Arlidge

téléchargement

J’avais beaucoup aimé le précédent roman de cet auteur dont le titre faisait déjà référence à une comptine : Am stram gram. C’est avec plaisir que j’ai lu celui-ci : on retrouve le capitaine Helen Grace fort éprouvée par la précédente enquête ainsi que Charlie… elles ne sont pas sorties indemnes de ce qui leur est arrivé dans le premier roman, et les voir évoluer à nouveau, surmonter, rebondir… c’est drôlement intéressant.

 » Southampton, quartier rouge. Le corps d’un homme est découvert. Atrocement mutilé, le cœur arraché. Peu de temps après, un colis est déposé au domicile de la victime. Sur un écrin de journaux, repose… son cœur. Bientôt, un autre corps est retrouvé. Même mise en scène macabre. La peur s’empare de la ville. Pain bénit pour les tabloïds, le tueur en série est bientôt comparé à Jack l’Éventreur. Pourtant, ce ne sont pas les prostituées qui sont visées mais leurs clients. Les victimes, des hommes en apparence bien sous tout rapport, fréquentaient tous en secret les bas-fonds de la ville. Le commandant Helen Grace est chargée de l’enquête. Le tueur est déchaîné. À elle de l’arrêter avant qu’il ne frappe de nouveau. »

L’intrigue est toujours aussi bien ficelée et ô combien cruelle, diabolique…et pourtant on en arrive à avoir de la compassion pour le/la coupable…étonnante sensation d’ailleurs… J’ai vraiment dévoré ce livre, les chapitres sont très courts et donc on ne peut s’empêcher de tourner les pages mais quand l’heure tourne et qu’il serait raisonnable d’aller se coucher parce que le réveil sonne à 6h…Comment ça, ça sent le vécu ?!!

DANS LA FORET SOMBRE ET MYSTERIEUSE, Winshluss

forêt

Sortie en octobre 2016, cette BD, Dans la Forêt sombre et mystérieuse, a reçu la Pépite d’or du Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, c’est ce qui m’a poussée à l’emprunter la semaine dernière à la médiathèque.

Quand j’ai ouvert cet ouvrage, j’ai failli le refermer très vote tant les dessins sont rebutants, j’ai même envie de dire vulgaires. Je n’ai pas du tout apprécié ces traits grossiers, éructants… bref ce n’est pas un coup de coeur pour les dessins, vous l’aurez compris ! En revanche, j’ai adoré l’histoire et je n’ai pas pu lâcher la BD avant de l’avoir terminée en éclatant de rire sur la dernière image ! Car c’est bien l’humour qui domine dans cet ouvrage qui relate un voyage initiatique pour le jeune garçon que ses parents ont oublié sur une aire de repos…il se retrouve à traverser cette forêt sombre et mystérieuse pour rejoindre sa famille chez sa mémé qui se meurt. Cette traversée est source de rencontres improbables et drôles et l’humour est souvent présent.

Un coup de coeur ! 

LA FILLE D’AVANT, JP Delaney

fille

Voilà le thriller dont beaucoup de journaux parlent en ce moment. C’est vrai qu’il est addictif et que je l’ai vite lu mais… il n’est pas incontournable à mon avis. L’intrigue est intéressante, notamment le principe de départ : un appartement hors du commun n’étant loué qu’après avoir répondu à un très long et pointilleux questionnaire et après avoir rencontré l’architecte ! Rapidement on comprend avec la construction narrative que deux femmes vont nous raconter par chapitre alterné leur vie dans ce lieu atypique…très vite on distingue les similitudes entre leurs histoires, allant même jusqu’à une ressemblance physique entre les deux femmes et on comprend donc que l’architecte est au centre de cette drôle d’histoire de manipulation …

Cependant on reste sur sa faim, car l’issue est un peu capillotractée, et ne nous laisse pas étonnée. on la découvre en se disant : « ah oui ! » et non « ahhhhhhhhhhhhhhh oui !!!!!! » et cela m’a déçue. Ce qui m’a aussi horripilée c’est cette fâcheuse tendance à glisser des scènes de sexe tous les 3 chapitres, comme si l’auteur se prenait pour l’auteur de 50 nuances de grey et ça m’a agacée car je n’ai pas trouvé que ça apportait franchement grand chose, c’en est parfois même ridicule (notamment la scène lors d’une réception guindée !!).

Voilà, ce n’est pas un coup de coeur, même si j’ai passé un bon moment en lisant ce roman de vacances !

 

LOUIS PASTEUR CONTRE LES LOUPS-GAROUS, Flore VESCO

louispasteur

Voilà un vrai coup de coeur ! J’avais déjà beaucoup aimé le premier roman de Flore Vesco, De Cape et de mots, mais là j’ai vraiment adoré celui-ci ! Quelle plume ! Quel humour !

« Louis Pasteur, 19 ans, entre comme boursier à l’institution royale Saint-Louis, animé par un seul désir : assouvir sa curiosité pour les sciences. Il est loin d’imaginer que sa première année d’étude va être bouleversée par des meurtres aussi terribles que mystérieux, perpétrés dans l’enceinte même de l’école. Il va mener l’enquête avec la jeune Constance, une pensionnaire intrépide et courageuse. »

Louis Pasteur est un génie, et comme tout génie qui se respecte, totalement atypique ! Il a une façon bien à lui d’analyser chaque sentiment qui l’anime, ou chaque réaction le concernant ou concernant les gens qu’il côtoie…tout est science, tout est réaction chimique ! Moi qui n’ai jamais compris grand chose à la chimie, je dois bien reconnaître que j’ai été bluffée par la manière dont l’auteur se sert de toutes les formules, les désignations d’éléments chimiques et autres expériences pour ponctuer son intrigue, elle manie le verbe aussi bien que Constance manie le fleuret, et ça aussi, c’est très réussi ! Cette jeune fille élevée pour devenir une potiche a du caractère et est douée d’une intelligence fine qui lui permet de s’adapter à toutes les situations. J’ai trouvé certaines scènes très cinématographiques, comme la scène où Constance se retrouve obligée de combattre au fleuret, dissimulée derrière son masque, sans que personne ne sache qui elle est .

Quant aux loups-garous, ils n’occupent que l’arrière fond de l’histoire en fait, ils ajoutent du piment à la relation entre Louis et Constance et sont le fil rouge dans l’intrigue « policière » puisque crimes il y a.

Enfin il est agréable pour les ados, mais aussi les adultes, de comprendre comment Louis Pasteur a découvert les microbes, la pasteurisation, la vaccination. Le tout est raconté sur un ton léger mais qui passionne le lecteur.

Un vrai coup de coeur donc que je vous conseille vivement !

UNE AUTRE VIE, S.J.Watson

autrevie

J’avais beaucoup aimé son premier roman, Avant d’aller dormir, c’est donc avec enthousiasme que j’ai ouvert son second roman, Une Autre vie, sortie en livre de poche récemment. Le coup de coeur ne fut pas au rendez-vous, je crois que je me suis ennuyée une grande partie du roman et que j’ai lu la fin en toute hâte pour passer à une autre lecture tant je me lassais de cette héroïne sans fond qu’on a envie de baffer à chaque rebondissement !

« Depuis le meurtre de sa sœur cadette, Kate, à Paris, la vie de Julia a basculé. Ni son mari parfait, Hugh, ni son fils Connor – en réalité son neveu, qu’elle a adopté – ne parviennent à apaiser son deuil. Résolue à faire la lumière sur ce crime, Julia s’attache aux derniers instants de la morte, à mettre ses pas dans les siens. L’enquête la conduit de Londres en France, où elle découvre que Kate fréquentait assidûment les sites de rencontres en ligne. Dans l’idée d’y trouver des indices sur sa mort, Julia s’y fait passer pour elle. Mais, à l’âge des bilans, des remises en question et des rêves abandonnés, la jeune femme se prend rapidement au jeu excitant d’une autre vie. Un jeu dangereux… »

Une intrigue cousue de fil blanc et une fin impossible à deviner tant cela relève d’un grand n’importe quoi, à mon avis… Bref, passez votre chemin !!

CANDOR, Pam Bachorz

candor

Peu de lecture ces derniers jours pour deux raisons : un voyage en Angleterre pendant 5 jours dont je vous parlerai sur ce blog bientôt, et une tonne de boulot en rentrant du dit-voyage… Bref, je prends donc deux minutes pour vous parler d’un roman jeunesse dont j’ai découvert le titre dans un manuel de 3° et que j’ai eu envie de lire : CANDOR de Pam Bachorz. Ce titre est proposé suite à une séquence sur la Résistance ou bien après l’étude d’Antigone, puisque le héros du roman est celui qui s’oppose, qui ne rentre pas dans le rang d’une société qui est aux antipodes de ce en quoi il croit. Une vie formatée qui ne lui correspond pas mais dans laquelle il fait semblant de se complaire, étant même un exemple pour les gens qui l’entourent. Cette duplicité risque fort d’être mise à jour car Oscar va croiser le chemin de la rebelle Nia et il va être prêt à tout pour la sauver…

J’ai beaucoup aimé ce roman que j’ai dévoré très rapidement car il nous mène par le bout du nez et nous surprend alors qu’on pourrait s’attendre à une intrigue convenue. La fin n’est pas celle que vous croyez ! La réflexion sur la manipulation mentale est très intéressante et certains passages sont glaçants et font écho, pour moi, à Vol au-dessus d’un nid de coucou…en plus édulcoré, of course !