SAUVEUR & FILS, saison 1, Marie-Aude MURAIL

sauveur

Aujourd’hui, je vous parle d’un coup de coeur pour un roman de littérature de jeunesse : Sauveur & fils, saison 1 de Marie-Aude Murail. En fait, j’ai craqué sur la couverture : ce petit hamster (ou cochon d’inde ?) dans sa baignoire bleu est irrésistible !

« Quand on s appelle Sauveur, comment ne pas se sentir prédisposé à sauver le monde entier ? Sauveur Saint-Yves, 1,90 m pour 80 kg de muscles, voudrait tirer d affaire Margaux Carré, 14 ans, qui se taillade les bras, Ella Kuypens, 12 ans, qui s évanouit de frayeur devant sa prof de latin, Cyrille Courtois, 9 ans, qui fait encore pipi au lit, Gabin Poupard, 16 ans, qui joue toute la nuit à World of Warcraft et ne va plus en cours le matin, les trois soeurs Augagneur, 5, 14 et 16 ans, dont la maman vient de se remettre en ménage avec une jeune femme…Sauveur Saint-Yves est psychologue clinicien. Mais à toujours s occuper des problèmes des autres, Sauveur a oublié le sien. Ne devrait-il pas protéger ce petit garçon, Lazare, 8 ans, qui est son fils, menacé par un secret ? »

Il s’agit d’une sorte de chronique du monde qui nous entoure à travers les patients du docteur Sauveur, psychologue brillant et réaliste. C’est un roman qui parle des relations difficiles qu’entretiennent les gens, des problèmes de communication au sein d’une famille, et tout ça avec une justesse de tons et de mots remarquable. Les sujets douloureux (scarification, dépression, homosexualité, transgenre…) sont abordés avec intelligence et drôlerie, les personnages sont attachants et j’ai hâte de les retrouver dans les saisons suivantes. Je vous le conseille vivement !

SUSPENSION EN MACRAME

Hier, j’ai fait un atelier macramé à Toulouse avec ma soeur. On s’est régalée et on s’est dit que c’était vraiment simple comme tout. Une fois qu’on nous a expliqué les noeuds de base (ici, le noeud escalier en haut de ma suspension et le noeud plat le long de la suspension) on peut faire des variations à l’infini j’imagine.

Du coup, aujourd’hui, j’ai pris 1/2h pour moi et réalisé cette suspension en fil traphilo (fil en tissu solide pour des petites plantes, sinon il faut prendre du fil macramé coton ou bien n’importe quelle ficelle ou laine solide).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà un petit cadeau idéal à faire à ses amies, à la famille, aux maîtresses des enfants en fin d’année…bref, à décliner autant de fois qu’on le souhaite en changeant le fil, la grosseur du fil, la couleur, la matière…il faut juste trouver le temps…

LADY HELEN, LE CLUB DES MAUVAIS JOURS, Alison Goodman

ladyhelen

 « Londres, avril 1812. Lady Helen s apprête à faire son entrée à la cour. La jeune orpheline est encore sous la tutelle de son oncle et de sa tante qui veillent à étouffer chez elle tout écart pouvant rappeler la réputation sulfureuse de sa mère. Helen fait alors la connaissance du ténébreux Lord Carlston, qui revient juste d exil après avoir été soupçonné du meurtre de sa femme. Elle est piquée par la curiosité, d autant qu’il promet de lui faire des révélations sur elle-même et sa mère et que d étranges faits surviennent alors : des bonnes disparaissent, des meurtres sanglants sont commis. Mais la jeune fille est loin de soupçonner l’existence de démons viciés, des Abuseurs, qui se nourrissent de l énergie humaine. Bientôt sonnera l heure de l Abuseur Suprême traînant dans son sillage une véritable Terreur. Lord Carlston appartient au Club des Mauvais jours, une police secrète parallèle qui a juré de protéger l humanité de ces démons. Dotée d une énergie et de dons particuliers, Helen est appelée à les rejoindre. La miniature que sa mère lui a donnée suffira-t-elle à la protéger ? Helen doit choisir entre une vie faite de privilèges et d insouciance ou basculer dans un monde terrifiant mais aussi passionnant où les démons s invitent dans les soirées mondaines. »

Une promesse d’un roman à la Jane Austen saupoudré de fantastique ! Cela ne pouvait que me plaire ! D’autant plus que je trouve la couverture irrésistible, c’est ce qui a attiré mon regard en librairie quand j’ai vu ce roman jeunesse : les couleurs, la silhouette de la jeune fille, les lettres en relief, les couleurs un peu gothiques, funèbres…

J’ai beaucoup apprécié ce roman. La première partie est fabuleuse, on plonge dans un monde en lien étroit avec celui des romans de Jane Austen et ça, j’adore ! J’ai moins été emballée quand on bascule dans un univers fantastique peuplé d’êtres étranges…puis l’intrigue prend à nouveau le dessus et on dévore la dernière partie. Il s’agit du premier tome d’une trilogie et j’ai hâte de découvrir le prochain tome.

J’ai particulièrement apprécié le personnage de Lady Helen, jeune fille qui se plie à tout ce que lui demande sa tante, qui l’a élevée, mais qui a gardé une indépendance d’esprit et a développé un fort caractère, en lien avec son destin de Vigilante bien sûr. Les personnages qui l’entourent sont tout aussi intéressants, tant Lord Carlston dont le mystère rejaillit sur les traits de son visage que Darby, la jeune femme de chambre au service d’Helen qu’on ne soupçonne pas aussi vaillante au début de l’histoire. S’ajoute à ces personnages attachants une peinture de la société londonienne sous la Régence tout à fait réjouissante.

Une lecture fort plaisante et que je recommande sans hésiter si vous aimez cette époque-là et que les démons ne vous effraient pas !

 

 

#scrap : JE PRENDS LA POSE !

Une envie soudaine de mettre en page ces photos d’Anouchka prises à la fin des vacances de février. Je la trouve tout simplement irrésistible sur son tracteur !