LA FAUTE D’ORTHOGRAPHE EST MA LANGUE MATERNELLE, Daniel Picouly

51i2ecgxlxl-_sx304_bo1204203200_

Voilà un livre très court proposé à mes élèves de 3° suite à la séquence sur l’autobiographie : je l’ai découvert au Salon du livre policier à Lisle-sur-Tarn et le titre m’a fait sourire. Il a forcément attiré mes élèves de par son titre très évocateur pour eux (!) mais aussi de par sa longueur  (à peine 90 pages). Cependant, comme je l’ai dit à mes élèves : « Ce n’est pas parce qu’un livre est court qu’il est forcément facile à lire »…et j’ai peur que certains s’y cassent les dents  !

Daniel Picouly, pour la collection dirigée par Philippe Delerm « Le Goût des mots », raconte un épisode de son enfance qui est ensuite sujet à plein de digressions (d’où la difficulté de lecture évoquée ci-dessus). On découvre l’auteur debout sur un bureau, son cahier de dictées autour du cou, puni ! Le maître lui a mis un double zéro en dictée – impensable de nos jours !! Humilié, il réfléchit à la manière de tuer son instituteur : le thème est vraiment drôle et j’ai souvent ri en lisant ce petit roman qui se présente en fait sous la forme d’une pièce de théâtre en un seul acte avec pour seul personnage « l’Auteur ».

Je vous ai sélectionné un passage qui m’a fait sourire : l’auteur raconte, par exemple, que lire des livres lui a été utile pour draguer ! Il achetait le livre qu’était en train de lire la jeune fille qui lui plaisait afin de pouvoir s’asseoir à côté d’elle et entamer la conversation ! Il s’est rapidement rendu compte que c’était perdu d’avance…notamment en découvrant Proust :

 » Arrivé chez moi, je monte dans mon cerisier et je commence à lire. J’ai failli tomber de l’arbre. Je ne comprenais rien ! On m’avait menti. Proust était un auteur étranger. Je passais plus de temps dans le dictionnaire que dans le livre. Les phrases n’en finissaient pas de finir. J’étais asphyxié. Asphyxié au monoxyde de Proust. Rencontrer un point , c’était plus difficile que trouver un trèfle à quatre feuilles. J’étais furieux. »

Cela m’a rappelé ma première rencontre avec Proust !!

Publicités

3 réflexions sur “LA FAUTE D’ORTHOGRAPHE EST MA LANGUE MATERNELLE, Daniel Picouly

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s